optimiser article blog d'avocat

Blog d’avocat : 10 techniques pour bien référencer vos articles

Vous avez compris qu’un blog d’avocat est la clé pour gagner en visibilité sur internet.

Des sujets, vous en avez plein en tête…

…mais pour le moment votre blog reste au point mort.

La question que vous vous posez :

Comment optimiser ses articles de blog pour être n°1 sur Google ?

C’est exactement ce que nous allons voir dans ce guide.

Nous avons listé 10 techniques qui fonctionnent vraiment pour booster votre référencement !

1) Faites une recherche de mots-clés

Vous avez peut-être déjà en tête un sujet d’article.

Mais est-ce vraiment ce qui va attirer de nouveaux justiciables sur votre blog ?

Faire une recherche de mots-clés est la première étape car elle vous met sur la bonne voie pour produire un article qui saura toucher une audience précise.

Ce genre d’étude permet d’identifier les attentes et les besoins de vos lecteurs potentiels, et donc d’écrire un article qui y réponde parfaitement.

C’est tout simplement une étape essentielle pour vous assurer de ne pas écrire dans le vide.

Après tout, votre objectif est que votre article soit consulté et vous procure de la visibilité sur Internet.

C’est une technique utilisée par la majorité des blogueurs dans le monde, qui ne font pas que confiance à leur instinct.

Ainsi, d’après une large étude réalisée par le site spécialisé GrowthBadger, 64% des blogueurs aux sites les plus fructueux font une recherche de mots-clés pour choisir quoi écrire ou publier sur leur blog.

Comment faire facilement et rapidement son étude de mots clés ?

De manière très schématique, faire une recherche de mots clés consiste à :

  • analyser les différents mots-clés sur le secteur qui vous intéresse ;
  • connaître leur volume de recherche mensuel.

Vous pourrez alors trouver des idées de sujets en lien avec votre domaine de droit ET qui sont recherchés par les internautes sur les moteurs de recherche.

Pour trouver ces mots clés, il existe plusieurs techniques :

  • Google lui-même. Sans le moindre effort, vous pouvez identifier les recherches associées à un domaine ou mot-clé sur lequel vous aimeriez écrire. Ces informations sont directement liées aux recherches les plus populaires effectuées par les internautes.
  • Utiliser des outils spécifiques, comme keywordtool.io ou Yooda Insight. Plus techniques et nécessitant un peu de temps de prise en main, ces services aident à trouver des mots-clés parfois insoupçonnés et, pourtant, recherchés par vos lecteurs. Ils vous aident aussi à identifier les plus populaires parmi tous ces mots-clés.
Un exemple de « recherches associées » proposées par Google

2) Analyser votre concurrence sur le web

Même si vous maîtrisez parfaitement le sujet sur lequel vous allez écrire, il est important de ne pas rester dans votre bulle.

Avant même de vous lancer dans l’écriture, allez faire un tour sur les moteurs de recherche.

Regardez ce que publient les autres sites internet sur les mots-clés que vous avez identifié.

Il peut s’agir d’autres cabinets d’avocats, d’entreprises ou même de sites officiels, comme celui du service public, ou même celui d’un barreau.

En ce qui concerne votre blog, tous ces sites sont vos concurrents.

Ce sont eux que vous allez essayer de détrôner avec votre article.

Votre but est, après tout, de prendre la 1ère place sur les moteurs de recherche.

Prenez donc le temps d’étudier ce qu’il se fait déjà pour affiner l’angle de votre contenu ou sa structure, en intégrant par exemple une partie à laquelle vous n’auriez pas nécessairement pensé en premier lieu.

Notre conseil : concentrez-vous sur les sites positionnés dans les premières places sur Google.

Essayez de comprendre pourquoi le moteur de recherche a décidé de les placer aussi haut dans les résultats.

Est-ce qu’ils sont premiers grâce à :

  • L’utilisation de tableaux avec des données chiffrées ?
  • L’ajout d’infographies pédagogiques ou ludiques ?
  • L’intégration de vidéos explicatives ?
  • La présence d’un formulaire embarqué ?

Que pensez-vous du titre utilisé ? De l’accroche de l’article ? Des liens dans le texte ou de la hiérarchie des informations partagées ?

Prenez le temps d’identifier ces éléments pour vous aider à concevoir un meilleur article que le leur.

Être dans le top 3 des résultats Google est indispensable pour capter un maximum de trafic sur votre blog. En moyenne la 1ère position reçoit autour de 30% des clics. Un taux qui passe à 15% en 2ème position et à 10% en 3ème position. Le taux de clics baisse ensuite de manière significative dans les positions suivantes (autour de 2% seulement).

3) Produire du contenu de qualité

La qualité du contenu que vous publiez sur votre blog est un des critères les plus importants aux yeux de Google pour vous référencer.

Mais que signifie « contenu de qualité » ?

Comment diable l’algorithme Google peut-il mesurer la qualité d’un article ?

Tout simplement en analysant le comportement des internautes qui visitent votre site.

Il va notamment regarder combien de temps les utilisateurs restent sur votre article ou encore s’ils vont voir d’autres pages de votre blog (et combien).

Ces indicateurs (bien qu’un peu arbitraires) n’indiquent pas directement la qualité de votre contenu mais la perception qu’en ont vos lecteurs.

Avec plus de 2 millions d’articles de blog publiés chaque jour, les internautes n’ont jamais eu autant de contenus à lire sur internet…

S’ils ne trouvent pas rapidement leur bonheur chez vous, ils ne manqueront donc pas d’aller voir ailleurs.

Pour se démarquer, il faut proposer un contenu complet, clair et accessible.

Et pour qu’ils consomment votre contenu, il est indispensable de soigner la première impression, tout en travaillant aussi la rétention de vos lecteurs.

  1. Soignez votre titre et votre accroche, pour capter l’attention de votre visiteur dès les premières secondes ;
  2. Construisez une structure d’article explicite et compréhensible, même en lecture rapide – de nombreux internautes vont scanner rapidement votre article à la recherche de l’information qui les intéresse ;
  3. Produisez un contenu riche et bien écrit, tout en étant adapté à votre audience cible (niveau de langage, décryptage des termes compliqués ou spécifiques…) ;
  4. Ajoutez des visuels pédagogiques et/ou des vidéos pour faire rester plus longtemps sur la page.

4) Faire attention à la longueur du contenu

La longueur du contenu va principalement dépendre du sujet traité et de la quantité d’informations que vous avez à partager.

De manière générale, un article de 1000 mots permet de faire le tour d’un sujet de manière très complète.

Pour autant, il ne faut pas exclure d’écrire plus – voire bien plus – si les informations que vous donnez sont toutes pertinentes et en ligne avec votre sujet.

La structure de votre article sera alors capitale pour rendre un contenu long suffisamment accessible et facile à lire.

Pour autant, un article plus court mais traitant de manière exhaustive un sujet simple pourra tout à fait se retrouver en 1ère position sur Google.

En réalité, il n’existe aucun nombre de mots idéal pour un article de blog.

Il est d’ailleurs important de souligner que la qualité primera toujours sur la quantité, en matière de contenu.

Il n’est donc pas judicieux d’essayer de remplir à tout prix un quota de mots par article.

5) Eviter le contenu dupliqué

Tout contenu que vous publiez sur votre blog doit être unique.

En effet, les moteurs de recherche pénalisent la duplication de contenu depuis déjà plusieurs années.

Il est donc indispensable de publier un article le plus original possible.

Ainsi, même si vous en avez envie, évitez donc de proposer un article déjà publié sur votre blog à un autre site.

Inversement ne publiez pas un article que vous avez écrit pour un autre site sur votre blog.

Dans un cas comme dans l’autre, vous risquez d’être pénalisé par Google et votre article sera mal référencé.

Autre point de vigilance si vous publiez des articles provenant de contributeurs externes.

Assurez vous bien qu’il s’agisse d’un contenu unique en collant certains morceaux sur Google pour trouver d’autres pages où l’article aurait pu être publié.

C’est une technique rapide pour trouver des articles similaires et éviter bien des ennuis.

6) Optimisez votre contenu autour d’un mot-clé

Pour être bien optimisé, tout article doit posséder certains éléments indispensables :

  • un titre – également appelé « h1 »
  • un ou des intertitres – ou « h2 »
  • du corps de texte
  • un title et une metadescription
  • et si possible : une image (avec un texte alternatif)

C’est à ces endroits clés que doit apparaître en priorité votre mot clé principal.

(Celui que vous aurez défini avec votre recherche de mots-clés comme vu à l’étape 1.)

La présence de ce terme est ce qui permet à Google de comprendre le sujet que vous abordez dans votre article.

Ainsi, le mot clé doit être présent dans le titre (si possible en premier) mais également dans les intertitres (ou titres de sections) si c’est pertinent.

Il doit également être présent tout au long de votre article.

Attention cependant à ne pas bourrer votre article du même mot clé pour le sur-optimiser.

C’est une pratique désormais pénalisée par les directives de Google.

Equilibrez l’usage de votre mot clé principal avec suffisamment de synonymes ou de cooccurrences pour enrichir votre article tout en restant dans votre sujet principal.

Une bonne metadescription pour booster votre taux de clics

La metadescription de votre article est clé pour booster le nombre de visites via Google.

Exemple de résultat sur Google avec mon-avocat.fr et ce qui le compose

Elle n’est pas directement prise en compte par le moteur de recherche pour votre référencement, mais elle est importante pour capter l’attention des internautes.

Vous avez seulement quelques mots pour piquer leur intérêt et vous démarquer des autres résultats de recherche.

Soyez original, direct, humoristique… mais soyez honnête.

7) Soignez l’URL de vos articles

Elle est souvent négligée car générée automatiquement…

Pourtant, elle a son importance !

L’URL (pour « Uniform Resource Locator ») est l’adresse web de votre article.

Elle sert à l’identifier aux yeux de votre site mais également celui de Google.

De manière générale, votre URL doit :

  • contenir le mot clé principal de votre article ;
  • être courte et compréhensible pour les utilisateurs.

Au moment de la modifier, n’utilisez pas les caractères et signes interdits :

  • pas d’accents ;
  • pas d’espaces ;
  • évitez les majuscules ;
  • aucuns caractères spéciaux
A faire et ne pas faire pour les URL de ses articles de blog

Ne modifiez pas une URL de page publiée

Une fois votre page en ligne, évitez de modifier l’URL sous peine de vous retrouver face à une page 404.

Une page 404 signifie que navigateur ne parvient pas à trouver la page.

Cela arrive en cas d’adresses web obsolètes ou erronées.

En effet, en changeant l’URL, c’est comme si vous aviez créé une nouvelle page et supprimé l’ancienne.

Si vous avez tout de même besoin de changer l’URL d’une page existante, vous devrez impérativement faire une redirection de l’ancienne vers la nouvelle.

8) Ajoutez des liens internes à votre blog

Nous avons parlé à l’étape 3 de l’importance de faire naviguer vos lecteurs sur votre blog afin d’envoyer de bons signaux à Google à propos de votre article.

Un des moyens de garder le plus longtemps possible vos visiteurs sur votre blog est d’ajouter des liens vers d’autres de vos contenus dans votre article.

Les liens doivent être placés :

  • sur des mots – ou ancres – correspondant à la page que vous liez ;
  • sur des ancres courtes et explicites (évitez de mettre un lien sur toute une phrase) ;
  • dans un contexte sémantique adapté.

Conservez également un bon ratio entre le nombre de liens et la longueur de votre texte.

Plusieurs liens dans le même paragraphe ou la même phrase seront à éviter pour ne pas altérer la lecture de l’article.

9) Optimisez vos liens externes

Vous avez également la possibilité de faire des liens vers l’extérieur de votre blog.

Ces liens doivent cependant avoir un réel intérêt pour vos lecteurs.

Ils ne doivent pas avoir pour simple but d’améliorer votre référencement (par exemple via un échange de liens avec un autre site – une pratique sanctionnée par Google).

Privilégiez donc les sites fiables et de qualité, notamment les sites officiels.

Si vous avez un doute sur la légitimité du site mais que vous souhaitez tout de même faire un lien, vous pouvez ajouter l’attribut « nofollow » au lien.

 <a href="www.site.fr" rel="nofollow">ancre du lien</a>

Le « nofollow » signale au robot de Google lorsqu’il passe sur votre site pour l’inspecter que ce lien n’est pas à suivre.

Ainsi, vous ne transférez pas la popularité de votre blog – son autorité – au site lié.

10) Améliorez la vitesse de chargement de vos pages

D’après une étude de Kissmetrics, avec un temps de chargement de 3 secondes ou plus, 40% des utilisateurs quittent le site avant que son contenu n’ait été affiché.

Chaque seconde de chargement est donc importante.

D’autant plus qu’un utilisateur qui quitte votre blog aussi rapidement enverra de mauvais signaux à Google.

Signaux qui feront baisser en position votre article sur les pages de résultats.

Vous pouvez facilement (et gratuitement) connaître le score de vitesse de votre blog grâce à l’outil PageSpeed Insights de Google.

Exemple de résultats sur PageSpeed Insights pour le blog Maîtrise (au top de sa forme !)

Si la structure même de votre blog peut être en cause, c’est majoritairement le temps de chargement des images qui risque d’augmenter de manière considérable le temps de chargement de votre article.

Essayez de limiter en taille vos images d’illustration tout en conservant la meilleure qualité possible.

Des outils gratuits comme TinyJPG sont particulièrement utiles pour réduire de manière considérable le poids d’un fichier en quelques secondes.

Pour aller plus loin : continuez à optimiser même après publication

Si vous avez appliqué ces 10 techniques pour optimiser vos articles de blog pour le référencement, vous êtes sur la bonne voie pour voir vos pages grimper dans les premières places de Google sur la requête que vous visez.

Cependant, le travail d’optimisation ne s’arrête pas au moment d’appuyer sur le bouton « publier ».

Le référencement est quelque chose d’organique, qui évolue en fonction de vos actions sur votre blog mais également celles d’autres sites, vos concurrents.

Il est important de surveiller les performances de son article dans les jours et semaines qui suivent la publication, notamment le positionnement de la page sur Google mais aussi le trafic reçu.

Vous pouvez le faire gratuitement depuis les outils Google Analytics et Google Search Console qui vous détaillent les performances de votre site.

En fonction des résultats, il peut alors être intéressant d’améliorer votre titre, d’augmenter la pondération de votre mot clé principal ou encore d’enrichir votre article avec une vidéo que vous aurez réalisé pour votre chaîne YouTube sur le même sujet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *