photo-avocat-nouvelle-generation

Comment devenir l’avocat de la nouvelle génération ?

Les générations Y, Z, les « millennials », les « digitals natives » : tous ces qualificatifs existent pour définir les personnes âgées de 18 à 35 ans, ces individus nés ou presque avec internet. Ces « millennials » – qui en 2025 représenteront 76% de la main d’œuvre – ont des comportements économiques très différents des générations qui les ont précédés.

En effet cette génération a été bercée par internet : leur smartphone constitue le prolongement de leur main et leurs attentes vis à vis de leurs avocats sont par conséquent nettement différentes.

Ces jeunes veulent savoir qui ils engagent et à quel prix, tout en étudiant les offres concurrentes.

Cette génération est donc nettement plus difficile à convaincre et voici quelques conseils indispensables pour mettre toutes les chances de votre côté.

Soignez votre site web

Aujourd’hui, internet a complètement transformé la première impression que vous faites à votre client. En effet, ces « millennials » accordent bien plus d’importance à l’aspect de votre site internet qu’à la marque de votre costume ou de votre montre.

Votre site internet constitue votre vitrine, la première impression que vous laissez à vos potentiels clients. Une étude IBM montre que 60% des « millennials » n’utilisent pas un site trop long à charger.

Il est donc indispensable d’avoir un site fonctionnel et bien référencé car il montre votre envie, votre détermination à trouver des clients. Leur raisonnement est simple : si vous ne prenez pas le temps de bien vous représenter sur internet, pourquoi prendriez vous le temps de bien représenter vos futur clients ?

L’investissement dans son site web est donc une priorité absolue pour faire face à l’arrivée des “millennials” dans la vie active. Rappelez vous, ce sont vos clients de demain et vous n’aurez jamais de seconde chance de faire une bonne première impression.

Impliquez-vous sur les réseaux sociaux

Environ 75% des 18-34 ans se connectent au moins une fois par jour sur Facebook. Les réseaux sociaux sont devenus incontournables et des pages Facebook et LinkedIn bien tenues constituent le minimum demandé par cette nouvelle génération. Partagez votre propre actualité ou celle de votre profession en général : cela montrera votre professionnalisme et votre l’implication dans tous les aspects de votre communication.

Ce graphique Harris Interactive montre bien le glissement de la nouvelle génération vers d’autres canaux de communication. Plus ils sont jeunes, plus ils utilisent en priorité les réseaux sociaux afin de communiquer. Occupez cet espace et ils se souviendront de vous.

canaux-communication-reseaux-sociaux

Enfin soyez réactifs, répondez aux potentielles interrogations, il faut que ces potentiels clients se sentent impliqués et écoutés.

Cette demande de dialogue fait d’ailleurs écho au point suivant.

Travaillez ensemble

L’économie collaborative a le vent en poupe et cette nouvelle génération en est à l’origine. En effet les “millenials” sont les fruits de la génération Do-It-Yourself, cette génération qui essaye de se débrouiller par elle même, grâce aux tutoriels YouTube, aux forums, aux plateformes d’entraide telles que QUORA.

Impliquez-les dans vos travaux, laissez-les partager leurs idées : leur satisfaction n’en sera que plus grande. Vous pouvez par exemple lancer des pistes de réflexion sur ce qu’ils attendent d’un avocat ou, de façon plus générale, sur l’image qu’ils ont de la justice. Cela vous permettra de prendre du recul et de penser « comme eux » afin d’ajuster votre discours.

Par exemple, l’avocate et YouTubeuse Camille Décode a récemment publié une vidéo mettant en avant les 5 clichés que l’on peut avoir sur la profession d’avocat. Elle permet de combattre les préjugés de manière ludique et touche un public plus jeune grâce au format vidéo.

Comprendre et s’adapter aux exigences de la nouvelle génération apparaît donc comme primordial pour s’adapter à l’évolution du métier d’avocat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *