Vous venez de vous inscrire en licence de droit et c’est bientôt le grand saut dans l’inconnu. Mais faut-il vraiment apprendre tous les articles de loi par cœur ? Qu'attendent vos professeurs de vous ? Droit privé ou droit public, comment choisir ? Petit guide pratique pour survivre la fac de droit !

Organisation et équilibre, les clés de la réussite

Cela pourrait être le cas pour de nombreux domaines d’études, mais c’est d’autant plus vrai pour les études de droit. Pour réussir sa licence, deux aspects sont donc particulièrement importants :

Être organisé(e)

Les études juridiques prennent beaucoup de temps et on travaille beaucoup (25 à 30 heures de cours par semaine avec au moins autant de travail personnel chez soi). C’est pourquoi il est indispensable de trouver sa propre méthode de travail pour gagner en efficacité dans les phases d’apprentissage et de révision.

Commencez par lister vos priorités, notamment en identifiant les matières qui sont cruciales pour que vous puissiez valider votre semestre, mais également celles qui sont importantes pour votre projet professionnel.

Trouver un équilibre

Parce que votre licence de droit occupera la majeure partie de votre temps, il est d’autant plus important de trouver rapidement un bon équilibre avec votre vie personnelle. Gardez du temps pour vous vider la tête, par exemple en faisant du sport ou en voyant vos proches. La clé est de garder une bonne hygiène de vie au delà des études.

Lire aussi : Comment décompresser quand on est avocat ?

N’oubliez pas non plus que les notes que vous recevez ne vous définissent pas et doivent davantage vous motiver à vous améliorer. Si votre moral baisse, trouvez de la motivation dans le travail en groupe ou à l’occasion de stages. 

Ne pas sous-estimer les TD

Les travaux dirigés — communément appelés TD — sont les seuls intermédiaires entre le cours magistral et les partiels semestriels. Ils sont avant tout une opportunité pour vous d’approfondir l’ensemble des notions juridiques vues à l’occasion du cours magistral.

Les TD ne sont donc pas à négliger, puisqu’ils permettent de réduire la technicité intellectuelle et méthodique des notions abstraites du droit. Bien souvent, ces travaux dirigés seront la seule occasion pour vous d’examiner de façon approfondie des notions complexes et vous entraîner aux exercices que vous retrouverez lors de l’examen.

Ce qu’attend votre chargé de TD de vous

1) Soyez assidu et consciencieux. Une fois encore, soyez organisé(e), mais surtout : travaillez régulièrement. Evitez à tout prix d’attendre le dernier moment avec vos partiels pour vous replonger dans vos cours. Apprenez à fractionner votre travail et à varier les tâches pour éviter la monotonie. Concernant les TD, venez préparé(e) en ayant bien travaillé vos cours en amont, au risque de ne pas profiter pleinement de l’approfondissement qu’ils permettent.

2) Adoptez un raisonnement juridique. Le raisonnement juridique, c’est la base du droit. Apprendre à raisonner de manière structurée, claire et logique est un des buts de la licence de droit. Mais ne vous reposez pas entièrement sur vos professeurs. N’hésitez pas à faire et refaire des exercices pour affiner votre raisonnement, et ouvrez vos codes : lisez et relisez les pages colorées (roses ou bleues) en fin d’ouvrage, qui abritent un raisonnement juridique extrêmement bien élaboré. Imprégnez-en vous pour développer votre propre raisonnement.

3) Le vocabulaire juridique ou l’importance d’utiliser les bon termes. La péremption, la prescription, la caducité, la nullité… ou encore le classique “la loi stipule/la loi dispose”. Autant de termes en apparence interchangeables qui pourtant ont chacun leur sens propre. Ne pas utiliser les bons termes montrera votre manque de connaissance et pourra agacer vos professeurs. 

  • Notre conseil : achetez un dictionnaire des termes juridiques et surlignez ces termes importants dans vos cours. Evitez également les abréviations et préférez les termes exacts.

4) Le formalisme n’est pas votre ennemi. Loin de nous l’idée de brider votre verve juridique mais sachez que le formalisme est un outil comme un autre dans l’arsenal de l’avocat. Il permet à plusieurs avocats d’échanger et de se comprendre de manière claire, même s'ils exercent dans des villes ou des régions différentes. Appliquez la méthode qui vous est apprise à la fac, même si c’est parfois douloureux, cela vous servira une fois dans le monde professionnel.

etudiante-fac-droit-avocatBien préparer ses TD est indispensable pour réussir sa licence

Droit privé ou droit public : bien vous orienter

Dès la fin de deuxième année de votre licence de droit, vous aurez à choisir entre deux filières : le droit privé ou le droit public. Un choix cornélien pour certains étudiants, vers lequel il faut se diriger avec le moins d’a priori possible. Gardez l’esprit ouvert sur chacune de ces spécialisations même si vous commencez vos études de droit avec une préférence en tête.

  • Le droit privé est l’ensemble des règles régissant les rapports entre les personnes physiques et morales. Assez schématiquement, il existe quatre grandes orientations en droit privé : le droit civil, le droit des affaires, le droit pénal et le droit social. S’orienter vers le droit privé c’est aimer le droit des obligations (contrat, contrats spéciaux, régime des obligations, droit des sûretés et responsabilité), socle de connaissances pour tout privatiste.
  • Le droit public est celui des institutions qui fondent la République française et le système mondial (comme l’ONU par exemple). Si le droit administratif est principalement étudié en deuxième année, le droit public ne s’y cantonne pas. Les orientations possibles sont le droit des marchés publics, le droit de la concurrence, le droit de l’environnement, le droit de l’urbanisme… S’orienter vers le droit public c’est aimer un droit où les notions d’intérêt général et de service public prédominent. 

Changer d’orientation, c’est possible ?

Aucun choix d’orientation n’est gravé dans le marbre et vous avez la possibilité de changer d’orientation en cours d’études. Soyez tout de même vigilant(e) sur la cohérence de votre parcours car les directeurs de Masters sont eux-mêmes attentifs sur ces virages de parcours. Sachez cependant qu’ils sont conscients de la difficulté que représentent un choix d’orientation.

Si vous terminez une Licence 3 orientée vers le droit public, vous pourrez parfaitement entrer en Master 1 en droit privé puisque l’entrée en Master 1 n’est pas sélective. A vous de rattraper vos éventuelles lacunes, inhérentes à un changement de parcours.

Le stage : cet incontournable

De la première à la dernière année, faire un stage reste un incontournable. Il s’agit d’une expérience professionnelle indispensable pour décrocher un emploi à votre sortie d’étude, mais également un Master. Difficile mais pas impossible, décrocher un stage dès la première année est une bonne idée : plus vous aurez fait de stages au cours de votre scolarité, plus il vous sera facile d’en trouver de nouveaux et d’accéder à des stages prestigieux.

Parce que de nos jours les recruteurs attendent des candidats rapidement opérationnels, le stage est une étape essentielle de votre parcours de formation. Il vous permet à la fois de mettre en application vos connaissances juridiques mais également de vous familiariser avec l’univers professionnel.

  • Nos conseils : préparez un CV détaillé et une lettre de motivation contenant vos disponibilités ainsi que les modalités du stage. Mettez en avant vos expériences passées, comme vos précédents stages mais également vos autres emplois hors du domaine juridique pour montrer votre dynamisme.

Une fois diplômé : lancer son activité

Si vous êtes tout juste inscrit(e) à la fac de droit, le passage du barreau est encore loin mais il n’est jamais trop tôt pour penser à votre future activité. Que vous décidiez de monter votre propre cabinet ou d’en intégrer un en tant qu’associé, avec plus de 68 000 avocats en France, il faudra sortir votre épingle du jeu.

Adoptez les bons réflexes dès maintenant de vous construire un réseau et de l’entretenir à l’aide des réseaux sociaux, et étudiez dès maintenant les moyens de faire grossir votre activité par exemple en intégrant une plateforme de mise en relation avec des justiciables comme mon-avocat.fr, pour être où se trouvent vos futurs clients.

Recevoir les prochains articles par e-mail

Laisser un commentaire

Articles populaires

Articles suggérés