Vous, avocats, êtes humains… Et vos clients aussi. Ils sont tous différents et n’ont pas les mêmes attentes et traits de personnalité. Voici 5 profils de clients sur lesquels vous pouvez tomber ou êtes déjà tombé en tant qu'avocat. Dites-nous en commentaire celui que vous préférez !

Développez votre présence en ligne dès aujourd'hui

Celui qui passe ses journées sur Doctissimo

Son profil

“J’ai vu que Marie-Chantal avait le même problème que moi, elle a juste eu une amende à payer, je pense pouvoir m’en tirer avec la même chose. Il suffit simplement de déposer un recours, mais vous le savez déjà, non ?” Le type de client que vous préférez, sans aucun doute. Il connaît mieux la loi que vous et a déjà pris tous ses renseignements sur des forums, explorant parfois les recoins les plus sombres d’Internet.


Comment le gérer

Gardez votre sang-froid. S’il commence à vous poser des questions d’un air inquisiteur, ne tombez pas dans son piège ! Répondez du tac au tac à ses questions, il les enchaînera de plus en plus vite jusqu’à ne plus en avoir en réserve. Vous pourrez alors savourer votre victoire par KO et mettre en avant votre expertise d’avocat.

Le client qui passe son temps sur doctissimo
Celui qui se croit dans un épisode de Suits

Son profil

“Alors, elle est où votre secrétaire sexy ? J’attends toujours mon whisky” dit-il avec un clin d’oeil appuyé, un petit sourire au coin des lèvres. Et non, vous n’êtes pas au bar du coin, mais bien dans votre cabinet, derrière votre bureau. 

Votre client a semblé surpris lorsqu’il a vu que vous n’aviez ni les cheveux gominés, ni un costard à 3000€ (ou un soyeux brushing et une paire de Louboutin) mais il s’attend toujours à ce que vous trouviez la solution à ses questions en moins de 5 secondes, montre en main.

Celui qui se croit dans un épisode de Suits

Comment le gérer

Deux approches différentes s’offrent à vous : vous pouvez soit entrer dans son jeu et réciter les meilleures punchlines de Suits ou Ally McBeal si vous les avez en tête, ou bien lui dire les choses comme elles sont : la vie réelle n’est pas comme dans les séries américaines mais cela ne vous empêche pas d’être compétent pour son litige et non, vous ne buvez pas d’alcool à longueur de journée dans votre bureau dominant les hauteurs de New-York.

D’ailleurs, vous n’avez pas même pas de bureau à New-York quand on y pense, vous préférez le calme et la verdure d’Aurillac.


L’Optimiste

Son profil

Il vous fait confiance et ne vous le cache pas. S’il a choisi d’avoir recours à un avocat, c’est pour gagner son procès, aucune autre issue est possible dans son esprit. Pour l’Optimiste, l’avocat ne peut que gagner car il est là pour le représenter et protéger ses arrières, n’est-ce pas ?

L'Optimiste


Comment le gérer

Toujours sympathique, l’Optimiste n’hésitera pas à vous appeler régulièrement pour prendre des nouvelles de son dossier. N’hésitez pas à lui parler de vos chances de réussite si elles sont minimes… Il pourra se préparer à une éventuelle défaite plus facilement.


Le Pessimiste

Son profil

S’il a fait appel à vous, c’est uniquement car sa mère l’a amené de force à votre cabinet, rien de plus. Il pense que son dossier est une cause perdue, et il n’hésitera pas à vous le faire sentir dès les premières minutes en réfutant tout ce que vous dites.


Le pessimiste


Comment le gérer

Le Pessimiste vous poussera dans vos retranchements en secouant la tête à chacune de vos interventions, mais ne lâchez rien ! Faites votre travail d’avocat et répondez posément à ses questions en gardant toujours le sourire. Il finira par baisser sa garde tôt ou tard et vous pourrez avancer posément ensemble. Si vous lui assurez la victoire, nul doute que vous sentirez une réelle différence dans son comportement.


Le Psychopathe

Son profil

Il se balance de gauche à droite sur sa chaise - s’il le fait d’avant en arrière, ça fonctionne aussi - en regardant dans le vide. Sa technique d’approche change selon les jours (pleine lune ou pas). On notera également qu’il est venu pour des conseils juridiques, et non parce qu’il avait un problème, ce qui est assez rare pour être souligné.

Mais ses questions sont pour le moins étonnantes : “si j’utilise un couteau pour faire des petits trous dans la peau de ma compagne, je risque combien ? Pas pour la tuer, non, juste pour faire des petits trous…” mais également “et si je monte une holding avec les fonds d’investisseurs travaillant à Orange pour racheter Free avant de le vendre à l’Etat ? Est-ce que l’autorité de la concurrence peut m’inquiéter ?” Oui, nous aussi on cherche encore la cohérence.

Le Psychopathe

Comment le gérer

Appelez un hôpital psychiatrique. Vite.

N'hésitez pas à consulter notre article sur les 5 choses que votre client attend de vous en 2017 pour aller encore plus loin ! 

 

Recevoir les prochains articles par e-mail

Laisser un commentaire

Articles populaires