Vous avez dû l’entendre et le ré-entendre : développer le site internet de votre cabinet pour mettre en avant votre expertise juridique est primordial en 2018. Mais il y a des usages, des choses à faire et d’autres à ne surtout pas faire. Tour d’horizon de ce que vous devez absolument éviter de faire lors de la création de votre site internet.

Ne pas avoir un site internet “responsive”

Plus de la moitié du trafic web provient du mobile. Même si vous pensez que personne ne visitera le site internet de votre cabinet sur mobile, les chiffres disent le contraire.

Avoir un site responsive, c’est-à-dire qui s’adapte au format de l'appareil (ordinateur, téléphone, tablette...) qui est utilisé, est primordial. Cela permet à celui qui parcourt votre site d’avoir une expérience utilisateur optimale et lui évite de zoomer et dézoomer à foison pour pouvoir avoir l’information dont il a besoin.

Donner une première impression favorable à votre potentiel client qui navigue sur votre site sur son mobile : c’est le but recherché par un site internet responsive.

Comment s’assurer que son site internet est responsive ? Rien de plus simple : il suffit de le consulter sur son mobile. Avez-vous toutes les informations qui tiennent sur le format poche de votre écran ou devez-vous zoomer pour faire apparaître des informations ?

N’hésitez pas à en parler au web designer qui s’occupe du développement de votre site internet : il fera en sorte d’adapter le design à un format mobile.

Un template vieillot et dépassé

Vous souvenez-vous des sites du début des années 2000 ?

assemblée nationale .jpg

Site de l’Assemblée Nationale - 2000

Oui, ce genre de site. Dépassé et vieillot, ce type de template non-responsive est un des vestiges des débuts d’internet et doit le rester. Travailler dans le milieu juridique ne doit pas être synonyme de site internet figé et froid, sans âme, bien au contraire. Bien évidemment, votre client n’a pas le même degré d’exigence que le client d’une agence de communication, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut négliger l’aspect visuel de votre site internet.

Il faut voir votre site internet comme une vitrine de votre expertise : si vous êtes un expert dans votre domaine, il faut que votre client puisse le percevoir. Un design clair avec quelques touches de couleur ainsi qu’un choix d’illustration judicieux est le minimum.

Vous pouvez aller encore plus loin en misant sur des animations ou des vidéos, cependant, n’en abusez pas : le but de votre site internet est de mettre votre expertise en avant et non d’inonder votre potentiel client d’informations superflues.

Des photos de mauvaise qualité

Même si vos potentiels clients peuvent être amenés à consulter votre site internet sur leur mobile - et donc sur petit écran -, ne négligez pas l’expérience utilisateur de ceux qui préféreront le confort d’un écran HD 32 pouces. Optez pour des photographies ou des illustrations HD, même lorsqu’elles ne pas sont pas destinées à être affiché à 100%. Le moindre pixel visible peut nuire à l’expérience de votre potentiel client et vous donner une image d’amateur.

Il en va de même pour les photos que vous utilisez sur les différents réseaux sociaux (LinkedIn en tête). Il est primordial de mettre en avant une photo de qualité. Vous pouvez faire appel à un professionnel pour cette photo afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Négliger l’optimisation SEO

Vous avez sûrement dû entendre parler de SEO, aussi connu sous le nom de Search Engine Optimization. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce nom barbare ? Il s’agit d’améliorer le référencement de votre site internet pour qu’il se retrouve dans les premières pages des moteurs de recherche (Google en tête).

Vous êtes avocat en droit de la famille à Rouen et vous voulez que votre site apparaisse dans les premiers liens lorsqu’un justiciable tape “avocat droit de la famille à Rouen” ? Il va falloir travailler sur ces termes et les utiliser à bon escient sur votre site internet pour que cela soit possible.

Comment faire en sorte que votre stratégie SEO soit performante ? Voici des conseils à appliquer pour avoir un site internet bien référencé.

Contrairement à ce qui était préconisé il y a quelques années, utiliser en masse le même mot clé pour espérer être remarqué par Google ne fonctionne plus. Les algorithmes ont changé et les nouvelles règles d’optimisation Google sont plus complexes.

En effet, les nouvelles règles du moteur de recherche le plus utilisé au monde imposent d’utiliser des « mots clé de longue traîne », autrement dit des expressions qui sont susceptibles d’être recherchées par votre potentiel client et non uniquement les termes spécifiques tels que « divorce avocat ».

On peut par exemple noter en matière de divorce des termes tels que « pension alimentaire » ou encore « garde alternée ». Ce sont des termes qui sont étroitement liés au divorce et c’est précisément cela la longue traîne en référencement.

Utiliser ces mots liés à la problématique juridique de base sur votre site internet vous permettra de grappiller des points auprès de Google et de placer au mieux votre site lors de recherches génériques liées à un problème juridique spécifique.

Ne pas prendre en compte la déontologie de la profession

Votre métier implique l’adhésion à des règles déontologiques qui s’appliquent aussi lors de la création de votre site internet. Lors de la création d’un site internet, il faudra donc que respecter votre devoir de probité ainsi que les règles prévues à cet effet à l’article 10 du Règlement intérieur national du CNB.

Plusieurs points à vérifier :

  1. Le nom de domaine est une des premières choses auxquelles vous devez penser lors de la création de votre site web. Ce dernier doit comporter votre nom ou la dénomination du cabinet en totalité ou abrégé. Vous pouvez faire précéder ou suivre ce nom du mot “avocat”.
    NB : vous ne pouvez pas utiliser un domaine du droit dans votre nom de domaine, par exemple “avocat-droit-social.com” dans l’URL de votre site internet au nom du principe de loyauté.
  1. Vous n’avez pas de certification de spécialisation délivré par le CNB à l’issue de l’étude de votre dossier et un entretien ? Vous ne pouvez donc pas dire sur votre site internet que vous êtes spécialisé dans un domaine d’intervention.
  1. Quid de vos honoraires ? Vous pouvez les mentionner sur votre site internet. Il en va de même pour votre tarif horaire ou le mode de facturation accepté. Cependant, vous ne devez pas faire des prix d’appel qui pourraient constituer des actes déloyaux vis-à-vis des autres avocats.
  1. Pouvez-vous parler d’un de vos clients? Le CNB l’interdit. Vous ne devez pas mentionner un de vos clients sur votre site internet pour mettre en avant une affaire que vous avez brillamment remporté et cela résulte du secret professionnel de l’avocat.
  1. Votre site internet ne doit pas non plus comporter d’encarts publicitaires autres que ceux de la profession.

D’autres points sont à vérifier, et nous vous conseillons pour cela de vous référer à l’article 10 du règlement intérieur du CNB.

Pour avoir un site internet totalement optimisé, d’autres choses sont à prendre en compte, mais nous aborderons cela dans un autre article.

Recevoir les prochains articles par e-mail

Laisser un commentaire

Articles populaires